Vendredi 16 décembre 2016

Le curé et sa nouvelle Equipe de Conduite Pastorale Enregistrer au format PDF

Document ad experimentum. Novembre 2016

Dans le cadre de la dynamique diocésaine La Joie d’Evangéliser, notre Evêque encourage les curés à constituer autour d’eux une Equipe de Conduite Pastorale (ECP), plus restreinte que leur Conseil Pastoral Paroissial (CPP).

Le curé a une responsabilité irremplaçable en matière de gouvernance. Il est le pasteur propre de sa communauté paroissiale sous l’autorité de l’Evêque diocésain (Can. 515§1). Cependant, les multiples tâches qui reposent aujourd’hui sur les épaules du prêtre peuvent l’empêcher d’être pasteurs. Face aux défis de la nouvelle évangélisation, les curés exerceront d’autant mieux leur mission propre qu’ils seront entourés d’une petite équipe.

Afin de constituer ces Equipes de Conduite Pastorale qui seront conviées avec leur curé au rassemblement diocésain du 4 février 2017, nous vous proposons quelques réflexions et repères.

I- En préambule, rappelons deux choses.

• Les instances paroissiales sont au service de la mission, et non l’inverse. Dans le cadre de la conversion pastorale missionnaire, le Pape nous invite à être créatifs (EG §28) : « La paroisse n’est pas une structure caduque ; précisément parce qu’elle a une grande plasticité, elle peut prendre des formes très diverses qui demandent la docilité et la créativité missionnaire du pasteur et de la communauté. »

• Il n’y a pas de pasteur parfait mais il y a des équipes pastorales presque parfaites. Chaque personne a un profil particulier, ses qualités mais aussi ses limites. Les équipes peuvent être plus efficientes en raison de la complémentarité de leurs membres.

II - Quelques repères pour constituer cette équipe.

1- Nom de l’équipe. Le nom Equipe de Conduite Pastorale (EPP) suggère que ses membres sont invités par le curé à participer à l’exercice de la charge pastorale qui lui revient en propre. Ils seront donc, en quelque sorte, des co-pilotes pour le curé. Il s’agit de mettre en œuvre un mode adéquat et fécond de coresponsabilité différenciée entre le curé, les ministres ordonnés et les fidèles laïcs.

2- Son articulation avec le CPP . Eu égard à leur fonction, les membres de l’ECP participeront au CPP. Il a pour mission, de par sa représentativité plus large, de recevoir et de formuler la vision pastorale, de réfléchir à la stratégie pour réaliser cette vision, de rédiger et mettre à jour le projet paroissial d’évangélisation

3- Taille restreinte, soit 3-7 personnes environ pour être efficace et pouvoir se réunir facilement. Si le curé trouve, ne serait-ce que 2 fidèles idoines, il pourra donc constituer un embryon d’ECP. 4- Composition : Des ministres ordonnés (le curé, un vicaire, un diacre par exemple) et des laïcs.

Benoit XVI : « La coresponsabilité́ exige un changement de mentalité́ touchant, en particulier, au rôle des laïcs dans l’Église, qui doivent être considérés non comme des ‘collaborateurs’ du clergé́, mais comme des personnes réellement ‘coresponsables’ de l’existence et de l’action de l’Église ». « Il est par conséquent important que se renforce un laïcat mûr et engagé, capable d’apporter sa contribution spécifique à la mission ecclésiale, dans le respect des ministères et des tâches que chacun a dans la vie de l’Église et toujours en communion cordiale avec les Evêques. »

Pape François : « Les laïcs sont simplement l’immense majorité du peuple de Dieu. A leur service, il y a une minorité : les ministres ordonnés. La responsabilité des laïcs nait du Baptême et de la Confirmation ». « Dans tous les baptisés agit la force sanctificatrice de l’Esprit qui incite à évangéliser. »

5- Missions (quelques éléments).

• Participer à la gouvernance de la communauté et soutenir sa mission. • Suivre et faciliter la mise en œuvre de la vision reçue et élaborée en CPP. • Assurer avec le Curé « le suivi du processus de croissance » paroissiale et aider à « la mise en œuvre des projets d’évangélisation », se préoccuper du bien, de la santé, de la progression théologale de la communauté. • Repérer et favoriser la mise en œuvre des talents et des charismes des fidèles ;appeler et mobiliser de nouvelles personnes. • Mûrir avec le curé les grandes décisions paroissiales. Le curé qui demeure le décisionnaire ultime restera très à l’écoute du sens de la foi des membres de l’Equipe et de ce que l’Esprit dit par eux ; par leur baptême et leur confirmation, ils ont en effet reçu l’Esprit de conseil, notamment. • Aider à mieux gérer les priorités et à mieux répartir la charge. Il ne s’agit pas tant d’être « à fond » que de porter du fruit (Jn15,8). Que faisons-nous de notre temps ? Le Seigneur l’entend-il ainsi ? Sommes-nous de bons intendants, de fidèles serviteurs (Mt25, 14-30) ?

6- Critères de choix des membres.

• On tâchera d’équilibrer hommes et femmes. • On recrutera des personnes motivées par l’évangélisation. • On choisira des personnes inspirées, humbles, bienveillantes et discrètes. • Le curé choisira des personnes qui collaboreront volontiers, fraternellement, loyalement et efficacement. • Ses membres auront une vraie liberté de réflexion et d’expression pour être stimulants et constructifs. Au sein de l’ECP, il pourra y avoir légitimement débat sur certaines choses à discerner. Cependant, il faudra une communion profonde autour du curé au sujet de la vision pastorale et une vraie collaboration pour sa mise en œuvre stratégique. Evidemment, le « pilote » et les « copilotes » doivent emprunter le même chemin et vouloir atteindre le même but… • Cette équipe doit être réactive, soudée et opérationnelle. La priorité n’est pas ici d’être représentative de toutes les réalités paroissiales. • La diversité des profils des membres, de leurs centres d’intérêt et de leurs charismes, permettra de se soucier des 5 essentiels (ou des tria munera) de manière équilibrée. • Précisons que les membres de l’ECP ne doivent pas se substituer aux responsables des différents groupes et activités de la paroisse.

7- Réunions ; Elles ne seront pas nécessairement longues mais fréquentes : tous les 15 jours ? Nous ferons notre possible. Le rythme sera forcément plus soutenu qu’au CPP.

8- Mandat. Pourquoi pas 3 ans, renouvelable une fois. Il ne faut pas enfermer des laïcs dans cette fonction. Cependant, nous réalisons ces temps-ci qu’on gagnerait, autant que possible, à laisser les curés plus longtemps dans leur paroisse. Qu’est-ce que cela nous indique pour l’ECP ? L’expérience et la relecture, chemin faisant, nous aideront à clarifier ce point, notamment. Il faudra aussi préciser ce que deviendra cette équipe lors du changement de curé. L’enjeu est d’assurer une continuité dans la mise en œuvre de la vision pastorale.

Bien sûr, il s’agira de faire en fonction du « génie » et de l’histoire de la paroisse, du point où elle en est, et de ses besoins pour faciliter sa « conversion pastorale missionnaire » (EG §25, 27, 30, 33).

9- Pour un bon fonctionnement, le curé voudra bien déléguer non seulement des tâches mais aussi la juste part d’autorité que requiert la participation à l’exercice de sa charge pastorale. De vraies responsabilités seront donc confiées aux membres de l’ECP. C’est ainsi que le curé donnera à son ministère ordonné son plus grand déploiement et sa plus grande fécondité.

10- Quelques passages bibliques de référence : Ep4,1-7.11-16 :

01 Moi qui suis en prison à cause du Seigneur, je vous exhorte donc à vous conduire d’une manière digne de votre vocation : 02 ayez beaucoup d’humilité, de douceur et de patience, supportez-vous les uns les autres avec amour ; 03 ayez soin de garder l’unité dans l’Esprit par le lien de la paix. 04 Comme votre vocation vous a tous appelés à une seule espérance, de même il y a un seul Corps et un seul Esprit. 05 Il y a un seul Seigneur, une seule foi, un seul baptême, 06 un seul Dieu et Père de tous, au-dessus de tous, par tous, et en tous. 07 À chacun d’entre nous, la grâce a été donnée selon la mesure du don fait par le Christ. / 11 Et les dons qu’il a faits, ce sont les Apôtres, et aussi les prophètes, les évangélisateurs, les pasteurs et ceux qui enseignent. 12 De cette manière, les fidèles sont organisés pour que les tâches du ministère soient accomplies et que se construise le corps du Christ, 13 jusqu’à ce que nous parvenions tous ensemble à l’unité dans la foi et la pleine connaissance du Fils de Dieu, à l’état de l’Homme parfait, à la stature du Christ dans sa plénitude. 14 Alors, nous ne serons plus comme des petits enfants, nous laissant secouer et mener à la dérive par tous les courants d’idées, au gré des hommes qui emploient la ruse pour nous entraîner dans l’erreur. 15 Au contraire, en vivant dans la vérité de l’amour, nous grandirons pour nous élever en tout jusqu’à celui qui est la Tête, le Christ. 16 Et par lui, dans l’harmonie et la cohésion, tout le corps poursuit sa croissance, grâce aux articulations qui le maintiennent, selon l’énergie qui est à la mesure de chaque membre. Ainsi le corps se construit dans l’amour.

Romains 12, 4-6 04 Prenons une comparaison : en un corps unique, nous avons plusieurs membres, qui n’ont pas tous la même fonction ; 05 de même, nous qui sommes plusieurs, nous sommes un seul corps dans le Christ, et membres les uns des autres, chacun pour sa part. 06 Et selon la grâce que Dieu nous a accordée, nous avons reçu des dons qui sont différents. Si c’est le don de prophétie, que ce soit à proportion du message confié ;

Mt 17, 1 01 Six jours après, Jésus prend avec lui Pierre, Jacques et Jean son frère, et il les emmène à l’écart, sur une haute montagne.

Documents à télécharger