Mardi 16 juin 2015

Homélie du 14 Juin Enregistrer au format PDF

Moulin Sous Touvent

Homélie

Le psaume de ce jour chante : « qu’il est bon de rendre grâce au Seigneur, […] de chanter ta fidélité au long des nuits. » Oui, malgré un passé chargé d’une histoire pesante, nous avons la joie de prière qui déborde de notre cœur. La mémoire et la terre conserve bien des stigmates de la guerre qui a fait rage ici. Malgré tout cela le chemin de l’histoire donne à ce lieu d’être béni comme dit la suite du même psaume : « Vieillissant, il fructifie encore, il garde sa sève et sa verdeur ! »

Les textes de ce dimanche évoquent sans nul doute la force de la vie au travers de l’image de la nature et tout particulièrement des semailles, de la moisson et d’un jardin qui donne de nombreux fruits. Je désire en partant de la seconde partie de l’évangile de ce jour évoquer avec vous quelques évènements qui peuvent éclairer notre chemin présent.

Friedrich Budach extrait d’une lettre du début de l’année 1979 adressée au curé : « autrefois, en 1914, je fus un simple soldat de 18 ans cantonné près de Moulin-Sous-Touvent. Votre belle église était entièrement détruite quand j’y arrivais. Je l’ai ensuite visité ; j’ai trouvé dans le maître autel une peinture à l’huile détruite dont il ne subsistait que la tête de la Vierge. Je l’ai découpée et emportée comme talisman ». Il exprime plus bas dans sa lettre le désir de restituer cette image au village.

Il y a 100 ans cette église n’avait plus de voute, les cloches ne sonnaient plus, la prière ne pouvait réunir les fidèles pour la messe et les célébrations des familles du village. Dans cet amas de ruine, un visage, paisible et bienveillant surgit celui de la Vierge. L’homme est attiré par son regard, sa vie sera épargnée, il vivra, je dirai pour nous raconter, pour nous. La Vierge a protégé cet homme pour faire de lui un témoin pour les générations futures que nous sommes. Le prénom de cet homme est Friedrich quand on le traduit : « Fried » c’est la paix ; « rich » c’est le rocher, la force, la puissance. Puissant dans la paix voilà qui était cet homme, un faiseur de paix ; témoin d’un miracle local pour nous, pour notre village, il n’y avait aucun habitant pour en être témoin alors Dieu a trouvé une âme droite et lui a confié ce secret. Ce secret c’est le vôtre. Dieu vous parle à travers lui, Il sait les souffrances endurées ici mais Il veut par la Vierge vous parler. L’évangile n’évoque-t-il pas une minuscule graine jetée dans un jardin ? : « Elle est la plus petite de toutes les semences. Mais quand on l’a semée, elle grandit et dépasse toutes les plantes potagères, elle étend de longues branches si bien que les oiseaux du ciel peuvent faire leur nid à son ombre. » L’image est si parlante que nous voyons bien que cela évoque l’église. L’église Saint Médard de ce village est cet arbre de longues branches dans lequel nous familles peuvent faire leur nid.

Ce visage très paisible de la Vierge a été miraculeusement préservé, il est un sourire, le sourire de la Vierge sur Moulin. Regardez-le ! Contemplez-le ! Il guérit des blessures présentes qui prennent leur origine dans le passé. La Vierge nous parle avec tendresse nous disant, j’ai toujours été là.

Prions pour la paix, une paix signée il y a bien longtemps, une paix retrouvée au milieu des croix et des ruines de l’histoire.