Jeudi 13 octobre 2011 — Dernier ajout samedi 14 avril 2012

L’église de Trosly-Breuil Enregistrer au format PDF

L église de Trosly Breuil
L église de Trosly Breuil

La commune était divisée en deux sections Trosly et Breuil. Breuil était une terre du fisc qua le maire Ebroïn fit donner à l’abbaye Saint Médard de Soissons en 656. Dotation confirmée en 858 par Charles-le-Chauve.

Trosly, qu’on surnomme Trosly-aux-Bois et Trosly-le-Chanvre, était une maison royale sous les Carlovingiens. On connaît des Ordonnances de Carloman rendues dans ce lieu au mois de février 883.

Il s’y tint quatre conciles ou assemblées générales. Le premier remonte au 20 juin 909 ; l’archevêque de Rouen et l’évêque de Cambray prirent part à cette réunion dont les décrets divisés en quinze chapitres présentent un triste tableau de la situation du pays et du relâchement des règles ecclésiastiques. Le deuxième concile eut lieu en 921 sous la présidence de l’archevêque de Sens et en présence du roi Charles-le-Simple. On y traita des affaires de l’église de Reims.

En 924, troisième réunion présidée par Sculphen archevêque de Reims. Herbert III, comte de Vermandois, y comparut pour s’entendre condamner à restituer les biens qu’il avait usurpés à l’évêché de Cambray. En 927, réunion des évêques de la province de Reims ; il y fut question de l’élargissement de Charles-le-Simple, que le comte de Vermandois gardait prisonnier.

Le roi Lothaire tint en novembre 956 un placitum ou réunion des états du royaume. En septembre 1155, Louis-le-Jeune (1120-1180) affranchis les hommes du roi à Trosly. En 1258, la terre de Trosly dépendait des seigneurs d’Attichy. Le château royal de Trosly fut détruit par les normands. Il était situé près du village entre la route de Soissons et la rivière d’Aisne.
Breuil fut brûlé dans la Jacquerie de 1359. La terre appartenait aux seigneurs de Cuise. L’Eglise fut incendiée et le château assiégé. L’église a été recontruite au XVIe siècle.

Volontiers indépendants, voire même frondeurs, les habitants de Trosly obtinrent très vite le droit de pacage et le droit d’usage de la forêt. Ce droit fut concédé par lettres royales en juin 1583. Il fut confirmé par henri IV en février 1609 puis par Louis XIII et par Louis XIV en 1648.

François LEBEE