Jeudi 13 octobre 2011 — Dernier ajout mardi 7 février 2012

L’église de Croutoy Enregistrer au format PDF

L église de Croutoy
L église de Croutoy

ÉGLISE DE CROUTOY

Classée monument historique, avec cimetière fortifié du XVIe siècle, sérieusement endommagé en 1940. A l’intérieur, fonts baptismaux en pierre (XIIIe siècle), Vierge à l’enfant en marbre (fin XIVe), aigle lutrin en bois sculpté.

Vitraux de l’église : commandés et exécutés par Monsieur GRUBER, maître verrier rue d’Alésia à Paris et posés en 1952, ils ont été réalisés grâce aux dons des habitants de Croutoy et des anciens du 170e RI

Chœur : à gauche, Noël, Marie et Jésus avec deux femmes ; au centre, couronnement de Notre-Dame par son fils ; à droite, Marie avec l’ange Gabriel (Avé Maria).

Chapelle de gauche : on retrouve les hirondelles, symbole du 170e régiment d’infanterie.

VILLAGE DE CROUTOY

L’eau de la fontaine Saint Michel, sur le flanc nord du village, également d’origine celte, était réputée pour ses vertus et, selon la
tradition, « les jeunes mariés buvaient les eaux pour avoir un enfant mâle ».

A Martimont, au sud du village, s’élevait un monument celtique qui donna naissance à un temple dédié à Mars, d’où le nom du hameau. Les Gaulois ont ensuite habité ces lieux avant que n’arrivent les Romains qui construisirent, face à la vallée de l’Aisne, un oppidum en briques.

Au Moyen-âge, les moines de Choisy-au-Bac bâtirent une abbaye (la ferme de Brion, entre la rue de l’Eglise et la rue de Chézelles). Sur la commune, la Terre Notre-Dame, la Garenne l’Abbé désignent encore de nos jours des terres ayant appartenu à l’abbaye.

Après la guerre de Cent Ans commença la construction de l’église, terminée dans la dernière période du style ogival. Bien qu’entourée d’une muraille flanquée de tourelles en encorbellement, elle ne put résister aux assauts des Rieux, seigneur de Pierrefonds, et fut détruite ainsi que la plupart des habitations (fin du XVIe). Les souterrains situés sous le village et le plateau datent sans doute de cette époque troublée !

Aux XVIIe et XVIIIe siècles, apparurent les maisons en pierres de pays. En 1758, Louis d’Oblet, capitaine au Royal Carabiniers, édifia une gentilhommière sur le rebord du plateau face à l’Aisne. Elle deviendra en 1882 le « château de Croutoy ».

Au XIXe siècle, une épidémie de choléra décima la population. De mars à décembre 1871, les Prussiens occupèrent le village. Le XXe siècle sera celui des grands conflits. Brièvement occupé par les Allemands en septembre 1914, le village, libéré grâce à la victoire de la Marne, n’échappa pas pour autant aux bombardements, du fait de sa proximité avec la ligne de front.

En 1940, la France est à nouveau envahie. A Croutoy, des soldats du 170e RI se sont battus maison par maison pour tenter d’endiguer la percée allemande sur l’Aisne, en vain. Le village fut presque entièrement détruit et subit durant quatre années une sévère occupation jusqu’à sa ibération le 1er septembre 1944 par la première armée américaine. Sur le terrain d’aviation, commencé par les Français et achevé par les Allemands qui s’en servirent pendant tout le conflit, perdurera jusqu’en 1946 un camp de prisonniers. Près de 100 000 détenus allemands y vécurent, entassés dans des tentes et des baraquements. Pour sa bravoure, la commune reçut les Croix de Guerre 14-18 et 39-45.

En 1954, s’achève la reconstruction. Une église restaurée, des maisons rebâties dans la tradition du Soissonnais, et au fil des années, une extension, tant du village que du hameau de Martimont. Depuis 30 ans, la population continue de croître, sous l’œil vigilant du nouveau coq installé en1984 sur le clocher pour prendre la relève du vétéran mutilé par les deux guerres.

François LEBEE