Jeudi 13 octobre 2011 — Dernier ajout samedi 14 avril 2012

L’église d’Attichy Enregistrer au format PDF

L église d'Attichy ( Avant les Travaux)
L église d’Attichy ( Avant les Travaux)

Diverses trouvailles préhistoriques, gauloise et gallo-romaines ont été faites sur le territoire d’Attichy, soit vers la Faloise, soit surtout à l’est du pays.

Le lieu apparaît dans l’histoire sous le nom d’Attipiacum villa (contenant celui d’un fondateur gallo-romain, Attipius). Clotaire Ier élévant à Soissons, sa capitale, vers 560, un monastère en l’honneur de saint Médard, êveque de Noyon, le cortège qui emmène solennellement le corps du prélat vers sa nouvelle demeure, traverse l’Aisne à Attichy.

APRES -  voir en grand cette image
APRES

La terre était possédée, dès le XIIe siècle, par la maison de Montmorency. Mathieu I, connétable de France, délaissa vers 1132, à l’abbaye de Prémontré, quelques pâtures qui tenaient à son château. Il consentit, comme seigneur du lieu, en 1137, à ce que Hadvide d’Attichy fit donation de la cure à la même abbaye, libéralité constatée par Gorlin, évêque de Soissons, et confirmée par le roi Louis-le-Gros. La cure fut placée sous l’invocation de Saint Médard.

Mathieu II dans un acte de 1202, hérita en 1160 de la seigneurie. Il céda son titre et sa terre à Bouchard V de Montmorency, son frère aîné.

Après une succession de grands seigneurs, la terre fut partagée. On trouve dans les titres du XVIe siècle des Bochart, des Mazancourt, des Sacqueville intitulés sieurs d’Attichy ; la plus grand partie du domaine apartint à des seigneurs du nom d’Hacqueville, et fut cédée par eux au maréchal de Marillac.

Attichy resta dans la maison de la Trémouille jusqu’à la révolution de 1789.
Le château était considérable, entouré de fossés, accompagnés de vastes jardins, d’un parc, d’eaux…

Le domaine fut démembré en 1789, et le château, après avoir passé dans plusieurs mains, fut démoli vers 1796.

Le territoire d’Attichy recèle, comme tout le canton, de nombreux débris des époques celtique et romaine. Le 29 novembre 1838, on découvrit, dans le bourg même, un sarcophage formé de pierres rapportées, d’où l’on retira des agrafes et des médailles impériales.

François LEBEE